24 Heures Tout Terrain du Portugal

6 décembre 2023

25e édition. Vila Fronteira. 1, 2 et 3 décembre 2023.

Cette date anniversaire ne ressemblait à aucune des autres éditions. En cette fin d’année 2023, l’association Automovel Club du Portugal a réussi à faire venir un nombre important d’équipages français pour relever le défi. Si le plateau revendiquait à peu près le même nombre d’engagés qu’en 2022, on notait cependant une présence beaucoup plus importante de 4×4. Côté Français, 20 équipages étaient présents pour en découdre avec les meilleurs experts de la planète, en terres portugaises. Dès jeudi, aux vérifications administratives et techniques, il planait une ère de revanche dans les stands, puisqu’après la victoire française incontestée du Team MMP de Laurent Poletti en 2022, il avait la ferme intention de s’imposer une seconde fois. Mais voilà, les revanchards avaient prévenu « Nous reviendrons l’année prochaine encore plus fort ! ». C’est la raison pour laquelle, cette épreuve internationale est devenue incontournable pour tous les ‘’Aficionados’’ qui aspirent à rouler sur du Tout Terrain. C’est donc plus de deux cent cinquante pilotes, répartis sur 77 véhicules qui allaient s’affronter sur la piste longue de 16,4 kms. Le décor est planté, avec une malgré tout, cette petite odeur de poudre qui planait sur le circuit. Un parcours magnifique entrelacé en plein milieu d’une forêt de châtaigniers, d’oliviers et de gués. Comme pour les 24 Heures TT de France, cette épreuve internationale est une course tactique, où les managers ont un rôle essentiel dans la stratégie de course. C’est une méthode qui a souvent fait ses preuves aux 24 Heures du Mans et sur le Paris-Dakar. Les managers répètent sans cesse « Ne confondez pas vitesse et endurance, soyez rapide, tout en respectant votre mécanique, alors, gérez bien vos arrêts au stand, car, c’est parfois là que tout se joue ». Le rôle des mécanos est tout aussi essentiel. Leur rapidité d’intervention et d’analyse rassurent la plupart des pilotes. Comme les scouts, ils sont toujours prêts à s’élancer sur leur boite à outils en un temps record, pour relancer la course. En attendant le feu vert des essais, ce vendredi matin, tout le monde scrute la météo pour que cette 25e édition se passe dans de bonnes conditions. Notons que sur le Mercedes ML # 10, il y a trois Dakariens : Yves Morize, Jean-Luc Baudet et Daniel Royer. À eux trois, ils additionnent trente Paris-Dakar. Tout aussi étonnant, il y a la présence remarquée de la 4L # 30 de la famille Sellier. Un véhicule qui avait remporté il y a quelques années les 24 Heures TT de Paris.

Les essais libres et chronométrés.

Tout le monde sait que cette discipline du sport mécanique Tout Terrain est roi, dans ce pays. Depuis 2005, plus aucune écurie portugaise n’avait remporté cette course. Alors, rutilants de leurs plus beaux habits, les véhicules se présentent un par un devant le commissaire de course avant de s’élancer sur les premiers essais libres. Côté Français, tous les regards étaient tournés sur le tout nouveau véhicule du Team Andrade. Devant le public, ce bouquetin bien connu pour son endurance affiche un large sourire, lorsqu’il présente sa nouvelle bête de course. Il a confié le pilotage à son fils Alexandre Andrade, Cédric Duplé, Yann Morize et Florent Charvot. Depuis ce matin, il règne une ambiance tambours battants qui laissait présager une belle bagarre entre les différentes nations. C’est donc sur un terrain gras et glissant que les premiers partent à l’assaut de ces 16,4 kms pour les essais libres. Puis, dans l’après-midi, les 77 équipages se présentent au CP départ pour les essais qualificatifs. Chaque pilote doit faire au minimum un tour pour être comptabilisé. Tout de suite, c’est une bagarre sans merci qui allait se jouer entre les buggys, les 4×4 et les SSV. Tous, sont remontés comme des coucou ! Au fur et à mesure, la piste détrempée se dégrade avec de profondes ornières, où l’appuie devient de plus en plus acrobatiques. Le premier à en payer le prix, c’est le Toyota # 26 du Team français Esquieu. À 15 heures, le véhicule encaisse la décevante expérience du Coitus interruptus ! C’est aussi ce qu’on appelle la loi de Murphy « Tout ce qui peut mal tourner, va mal tourner ! ». C’est donc une grande déception pour tout le Team Bordelais Esqiueu (Pikatchou), qui avait pourtant passé des mois à préparer cette dernière course de la saison.

Classement des essais qualificatifs : 1e #3 Res (Toyota Overdrive Hilux T1. 11 :25.305 T1). 2e #1 Cuisinier (Buggy MMP. 11 :30.299 E). 3e #2 Beziat (Cam X 3. 11 :45.102 T3). 4e #60 Aires (Fouquet Nissan. 11 :46.667 E). 5e #22 Andrade (Proto V6 Clio 5 12 :10.383 E).

Ouvert 24 heures sur 24 !

La pression monte dans les stands, lorsque le directeur annonce la mise en grille. Sur la ligne de départ, tous les concurrents écoutaient le bruit de leur moteur qui se prolonge en eux comme une rumeur d’angoisse et de joie, à la fois : Angoisse de la panne à la lumière verte. C’est humain, car parfois, les rêves peuvent passer au cauchemar en une fraction de seconde. Devant, on retrouve les trois mousquetaires qui ont réalisé les meilleurs temps aux essais. Les dés sont jetés. C’est devant des centaines de spectateurs que le feu vert s’allume à 15 heures tapantes. Les chevaux sont lâchés, et c’est parti pour 24 heures de folies. Dans le premier tour, la cabane tombe sur le chien ! le Toyota Hilux Overdrive # 3 qui avait fait le meilleur temps aux essais rentre au stand sur un camion de dépannage, avec la boite cassée. Les mécanos se jettent sous le véhicule pour constater les dégâts. Il y a des jours, quand ça veut pas, ça veut pas ! Dans les stands, quelques minutes plus tard, c’est déjà la valse des entrées et sorties qui s’animent. La Mamie (Toyota # 17 BJ 71) revient au stand avec une aile en moins. Pendant ce temps, Laurent Poletti s’approprie la tête de course devant deux cadors de la discipline. Sébastien Guyette SSV Can Am et Alexandre Andrade Proto A.C. Clio. Après 4 heures de course, la bagarre fait toujours rage entre la Clio du Team Andrade # 22 et le SSV # 2 de Jean-Philippe Béziat. Mais, le Can Am ne lâche rien, et peu importe que le chat soit noir ou gris, le principal, c’est d’attraper la souris ! D’autant qu’il n’y a pas de temps à perdre, puisque le Buggy Fouquet Nissan de l’équipage # 60 est à l’affut. Le Toyota Hilux Overdrive # 3 portugais ne repartira que vers minuit, c’en est terminé pour lui de figurer sur le Podium. C’est d’ailleurs sur ce genre d’épreuve que les tactiques les plus élaborées peuvent se fracasser contre la réalité d’une course de haut niveau.

La nuit, tous les chats sont gris !

Lorsque la pénombre s’installe sur le circuit, c’est l’anthologie qui fait office de système D. Passant par des recherches de quelques goujons, d’un bout de durite, d’un amortisseur, d’un embrayage, d’un cardan ou encore d’une pompe à eau. La nuit, tous les chats sont gris ! Tels des troupeaux de brebis, les égarés se suivent à la queue-leu-leu pour rentrer au plus vite dans les stands, pour changer de pilotes. Dans la pénombre, c’est donc, une valse d’entrée et de sortie dans les stands avec quelques petits bobos, qui commencent à laisser des traces de fatigue sur les visages des pilotes.

Patatrac, le chat noir que nous avions pourtant laissé au Maroc s’installe en pleine nuit dans le Buggy AC Clio du Team Andrade. La sale bête s’attaque au cardan, puis c’est autour des triangles qui, eux, ne supportent pas les nombreux chocs qu’impose l’état du circuit. Il est 7 heures, Fronteira s’éveille ! les paupières des pilotes et des mécanos commencent à être de plus en plus lourdes. Dès que le jour se lève, force est de constater qu’il y a de plus en plus de bisbille entre le Buggy MMP # 1 de Franck Cuisinier, Laurent Poletti, Ronald Basso, et Adrien Favarel, et l’équipage # 60, le Fouquet Nissan de Manuel Aires, Jérémy Warnia, Mickaël Pisano et Jean-Luc Ceccaldi. Tout le monde sent bien que ces deux équipages risquent de faire parler la poudre dans les prochaines heures.

Sur le circuit, les gués ressemblent de plus en plus au port du Havre ! Si certains passent sans difficultés, d’autres véhicules, en revanche, sont proches de sortir les rames pour godiller comme des vrais marins en pleine mer, pour trouver le bon cap. Non loin, le ML Mercedes # 10 de Jean-Luc Baudet s’offre un bain de jouvence. Sauf, que ce moteur hyper pointu n’aime pas l’eau et n’a pas le pied marin. Grâce à la pugnacité des mécanos, il finira par repartir tout pétaradant, après un séchage bien ventilé, qui aura tout de même durée deux heures.

La nuit continue à apporter son lot de malheur, à l’image du Désert Warrior de l’équipage Français # 47 de Pierre Vanlauwe. Le véhicule revient, lui aussi, au stand avec sa boite cassée. Ce genre d’aventure fait partie des multiples péripéties qui peuvent se produire au gré des heures, lorsque la visibilité devient une menace sur une piste déjà bien défoncée. Chez Andrade Compétition, les ennuis s’accumulent. Il faut dire, que c’est leur première sortie de ce tout nouveau véhicule, et qu’il y a encore quelques réglages à faire pour les prochaines compétitions 2024. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, le SSV # 3 MMP de Claude Fournier s’accroche à la troisième place avec la ferme intention de ne rien lâcher. Dans les dix premiers, on retrouve aussi, l’équipage Léttonien bien connu de cette épreuve au volant de leur Mitsubishi Pajero # 12 Tempo 24.

À l’abordage !

Maintenant, peu importe le flacon, l’essentiel, c’est de parvenir à l’ivresse ! Au moment où le soleil pointe à l’horizon, entre les trois leaders, c’est la réponse du berger à la bergère « Cours après moi que j’attrape ». C’est la fin des courtoisies, chacun pour soi, car, le rythme est de plus en plus élevé, ce qui mettait en danger la belle mécanique. Aussitôt dit, aussitôt fait, plusieurs autos rentrent au stand avec un triangle cassé, un amortisseur arraché, une crevaison, plus d’eau dans le réservoir… Branle-bas de combat, les mécanos changent les pièces défectueuses en un temps record et les véhicules repartent à l’abordage sur les chapeaux de roue ! En milieu de matinée, le Fouquet Nissan de l’équipage # 60 de Manuel Aires en profite pour s’emparer de la tête de la course à 19h29:04, laissant ainsi Laurent Poletti à quatre minutes 19h33.45. Entre-temps, le proto AC Clio V6 # 22 de l’écurie Andrade Compétition jette l’éponge. À partir de ce moment, le ciel s’éclaircit pour les autres prétendants, laissant entrevoir le futur Podium. Malgré tout ce chamboulement dans le classement, tout le monde sait que « C’est à la fin du bal, qu’on paye les musiciens », pas avant. D’autant qu’il reste encore quatre heures de course.

À deux heures de l’arrivée, la bagarre fait toujours rage entre les deux premiers, puisqu’une seule petite minute les sépare. Au volant, c’est Laurent Poletti vainqueur de l’édition 2022 qui est à la barre pour creuser le trou, il faut dire qu’il envoie du bois le garçon ! Mais aura-t-il assez d’essence dans le moteur pour tenir la cadence sur ces deux dernières heures de course ? Badaboum, à 14h00, le ML Mercedes # 10 rentre au stand avec la barre de torsion cassé. Plus de pièces d’avance, le Proto quitte le Ring KO debout. C’est sans appel, les pilotes Jean-Luc Baudet, Yves Morize, Daniel Royer Stéphane Hermann et Guillaume Guignard acceptent la sentence et promettent de revenir encore plus fort, en 2024.

C’est la dernière séance, c’est la dernière séquence, le rideau noir est tombé !

À ce moment précis de la course, tout le monde retient son souffle pour qu’un équipage Français décroche la timbale de cette magnifique 25e édition. Il ne reste une heure de course. Les spectateurs affluents au bord de la piste pour admirer le spectacle. Sur la longue ligne droite devant les stands, la chasse à l’homme est ouverte. Le Buggy MMP # 1 doit rester vigilant dans son rétro, car, le Fouquet Nissan # 60 de Manuel Aires est bien décidé à le déposer. Juste derrière, le MMP # 11 de Claude Fournier passe comme une balle dans l’arène des gladiateurs ! pour conserver sa troisième place. Les deux premiers sont encore dans le même tour. Pour des questions de suprématie, ils sont bien décidés à s’imposer dans cette ultime heure de course. Lequel des deux lâchera prise ? C’est donc dans une ambiance électrique que Laurent Poletti passe et repasse devant les stands. Le Fouquet Nissan # 60 de l’équipage Franco-Portugais continu sa ‘’remontada’’ sans se poser de question et croit fermement que tout est possible, tant que la ligne d’arrivée n’est pas passée. Coup de théâtre, à quelques minutes de l’arrivée, Laurent Poletti constate que son véhicule ne tourne plus très rond. Mille sabords de mille sabords, le réservoir se vide à une vitesse grand V. Pendant ce temps, dans le stand MMP personne n’imagine ce qui est en train de se passer. C’est la cata ! le Buggy ne peut plus suivre le rythme faute d’essence et de la peur de rester en plan sur la piste. Voilà comment l’équipage Franco-Portugais Manuel Aires, Jérémy Warnia, Mickaël Pisano et Jean-Luc Ceccaldi sur Fouquet Nissan passe et double dans l’avant-dernier tour, le Buggy # 1 MMP de Laurent Poletti, puis, il s’envole pour la victoire, laissant ainsi son adversaire KO debout à 2’37 minutes. Manuel Aires dira sur le podium « C’est une immense joie de remporter cette 25e édition. Nous avions terminé deuxième aux 24 Heures de France en septembre dernier, à moins de deux minutes du premier. Cette fois, c’est nous qui avons les deux minutes d’avances ».   

Clap de fin

De cette fin de course, force est de constater que le diable se cache toujours dans les détails, ce qui signifie que rien ne doit-être laissé au hasard. En effet, chaque détail compte car une erreur d’appréciation du niveau d’essence dans le réservoir peut être la cause d’un désagrément, irréversible. Alors, celui qui est responsable du ravitaillement doit toujours, veiller aux moindres détails, s’il ne veut pas que le diable s’en mêle ! « Le petit détail fait la perfection et la perfection n’est pas un détail ».

Bon sang, ne serait mentir. Yves Morize 15 Paris-Dakar au compteur (ML Mercedes # 10) « Pour ma part, les petites ‘’galères’’ se sont succédé, et sans être le moins du monde maso, je me suis rendu compte que j’aimais encore ça. Aussi, je suis heureux de voir que mon neveu Yann Morize pilote la toute nouvelle Clio du Team Andrade, et en plus, il ne cesse de progresser dans cette discipline. Finalement, il suit la même carrière que moi et de mon frère Jean-Pierre Morize qui, lui, était un grand copilote FFSA & FIA ».

Le mot de la fin. Orlando Romana ne peut être que satisfait de cette superbe 25e édition « je remercie tous les membres de l’organisation pour leur dévouement, le site Français automobile  »Raid & Rallye », et aussi tous les équipages étrangers qui ont fait le déplacement à Vila Fronteira. Je vous dit, à l’année prochaine ».

Classement final :

1 # 60 Aires / Pisano / Warnia / Ceccaldi. Fouquet Nissan (PORT)

2 # 1 Cuisinier / Poletti / Basso / Favarel. Buggy MMP (FR)

3 # 11 Founier / Porem / Moura / Moura. Buggy MMP (FR)

4 # 4 Alves / Silva / Reis / Reis. Buggy MMP (PORT)

5 # 77 Soares / Dias / Maximino / Marques. Nissan Navarra (PORT)

6 # 23 Lourenço / Sobral / Lourenço / Sousa. Nissan Navarra (PORT)

7 # 33 Martins / Marques / Martins / Silva. AC Nissan (PORT)

8 # 12 Skoks / Pikis / Skoks Mitsubishi Pajero (LTV)

9 # 31 Durand / Durand /Laurent / Durand. Rivet Nissan (FR)

10 # 34 Olivet / Couillet / Ferrand / Couillet / Ferrand. Can Am X3 (FR)

Auteur Gilles David. Raid & Rallye

Crédit photos : Art Book Racing. Olivier Milon

Partenaire : CBA Travaux de plomberie, couverture, installation thermique et de climatisation. 91160 Champlan. 

Derniers articles

24 Heures du Mans 2024

24 Heures de sprint au Mans. Tout est prêt pour que cette 92ᵉ édition se déroule dans de bonnes conditions. Chacun est à sa place. Managers, mécanos, chronométreurs, commissaires de piste, dépanneurs, corps médical et presse spécialisée. Coté spectateurs, ils sont environ…

LOASIS RALLYE 2024

Si en 1979, le Paris-Dakar était un fait de société, aujourd’hui, c’est devenu une référence mondiale pour tous aficionados du sport automobile qui pratiquent la conduite extrême. C’est donc dans l’esprit de cette épreuve mythique que LOASIS Rallye est né. René Metge…

HELLAS RALLY 2024

Le Hellas Rally est une épreuve de sport mécanique internationale où plusieurs dizaines de nationalités étaient présentes. Cette course se déroule en Grèce centrale, dans les régions les plus reculées, entre montagnes, vallées et forêts verdoyantes. Équipés d’un Road Book traditionnel et…

Rorallymarathon. Roumanie.

Envolez-vous pour la Roumanie pour participer à la deuxième édition d’une épreuve haute en couleur, qui s’annonce déjà comme l’évènement de la saison 2024. Cette ancienne BAJA 555, rebaptisée Rorallymarathon est une authentique course de haut niveau. Elle se déroulera du 5…

À voir aussi

Rallye Aïcha des Gazelles 2024. Du 14 au 27 avril

Séduite depuis des années par la magie du désert, c’est

La Route des Légendes est en marche.

En la mémoire d’Hubert Auriol, les 27, 28 et 29

Triste nouvelle

Nous venons d’apprendre le décès de Gérard Maurin. Pilote /

Championnat de France Tout-Terrain d’Endurance. 9 heures de course sans merci !

Les 29 et 30 juin dernier, s’est déroulé la deuxième

24 Heures du Mans 2024

24 Heures de sprint au Mans. Tout est prêt pour

2ème Dakar Légend. 5 et 6 octobre. Villiers sur Orge.

Pour la deuxième année consécutive, le Dakar Légend s’installera à

LOASIS RALLYE 2024

Si en 1979, le Paris-Dakar était un fait de société,

HELLAS RALLY 2024

Le Hellas Rally est une épreuve de sport mécanique internationale

Rorallymarathon. Roumanie.

Envolez-vous pour la Roumanie pour participer à la deuxième édition

Africa Eco Race Monaco-Dakar 2025. Du 28/12/2024 au 12/01/2025.

Il y a quinze ans, Jean-Louis Schlesser, Hubert Auriol et

3 et 6 Heures Tout Terrain de Santerre FFSA

L’ASA Picardie accueillait les deux premières épreuves du Championnat de

Pierre Lartigue parrain de la 2e édition du Dakar Légend, s’associe à Octobre Rose.

Il était tranquille, il était peinard ! mais, qui mieux

Fenix Rally 2024.

Du 9 au 17 avril. La première de lever de

Exposition Dakar Légend. Force 2

Avis à la population ! Oyez, Oyez, braves gens, troubadours, entrez

Rallye des Princesses Richard Mille 2024

Cette épreuve mythique fêtera sa 23e édition du 25 au

Paris-Lac Rose, à Dakar. L’aventura Cup 2025

Après avoir parcouru le monde et tous les chemins de

Raid Maroc Duster Défi. Du 20 au 25 octobre.

Vous l’avez sans doute croisé sur les plus grandes épreuves

Rallye Raid, l’homme qui valait quarante Dakar !

Après quarante Dakar au compteur, force est de constater que

Classic Merzouga 1000. Cross Country Chrono.

Philippe Rey, ancien copilote FISA/FIA/FIM/FFSA, lance la première édition du

Deux tours du Monde en Porsche 928 GT

Puisqu’il faut vivre sa propre légende, alors, comme le Père

Envie d’évasions au mois d’avril ?

Du 23 au 30 avril, le Raid 4×4 SDO est

1950. Rallye Méditerranée – Le Cap

Tout le monde pensait que la première course en Rallye-Raid

Rallye Raid Paris-Moscou-Pékin 1992

Paris-Dakar. Ils ont bravé les barrages !

Le septième déjeuner annuel des anciens pilotes et copilotes du

Qu’est-ce qui fait courir les filles ?

WONDER RALLYE 2024 Initié par Aurélia Roquesalane en 2019, la

Méhari, quand tu nous tiens !

1e Raid Méhari 2 CV Of Morocco. Du 4 novembre

Le Cap-Alger 1985. Une expédition, hors du commun.

C’est une aventure qui commence par hasard. Nicolas Hulot croise

1e Dakar Légend

Dans le cadre d’Octobre Rose pour aider la recherche du

24e Rallye du Maroc FIA

Au programme, 2 232 kms, dont 1456 de spéciales. Après avoir

Rallye des 1000 Chemins en juin 2024

Absent au calendrier 2023, le Rallye des 1000 Chemins revient