24e Rallye du Maroc FIA

20 octobre 2023
300 GUTHRIE Mitch (usa), WALCH Kellon (usa), Red Bull Off-Road Junior Team USA by BFG, Taurus T3M, FIA W2RC, action during the Stage 1 of the Rallye du Maroc 2023, on October 14, 2023 between Agadir and Zagora, Morocco - Photo Julien Delfosse / DPPI

Au programme, 2 232 kms, dont 1456 de spéciales. Après avoir subi les vérifications administratives et techniques, les concurrents allaient se préparer pour un petit prologue de 19 kms, afin de déterminer l’ordre de départ de l’épreuve. Le commissaire de course envoie la première moto sur la piste à 9h05, à quelques encablures d’Agadir. La catégorie RallyGP à 12h08 et les autos FIA, à 12h08. David Castera « Je voulais que l’on retrouve un peu plus de tous les ingrédients du rallye, ceux que j’aime et qui sont quelque part, un peu ma signature ». L’inquiétude des organisateurs est l’annonce progressive de forte chaleur, plus de 40° dans la semaine. C’est aussi, le nombre d’années qui séparent la 24e du Rallye de l’Atlas, né en 1983. Pierre Lartigue signait la première édition en auto, et Serge Bacou à moto. 

Avant le départ, bien malin pouvait dire qui remportera cette 24e édition ? Une bagarre sans merci qui devrait atteindre son sommet, dès les premiers kms. En W2RC, il y a du lourd. Nasser Al Attiya, Yazeed Al Rajhi, Sébastien Loeb et Guerlin Chicherit, Carlos Sainz, Guillaume de Mévius, Stépahen Peterhansel, Martin Prokop, Nani Roma, Mathieu Séradori, Benoit Frétin… En T3, il y a aussi du lourd : Juan Cruz Yacopini, Mitch Guthrie, Austin Jones et Seth Quintero, Marek Goczal, Anus van Kasteren, Martin Macik. Tous sont des favoris capables de remporter l’épreuve dans les différentes catégories, du moins sur le papier, à moins que d’autres équipages viennent en troubler la fête en plein milieu de cette bagarre, annoncée. L’équipage, Benoit Fretin et Cédric Duplé # 236 Buggy Century CR6, tentera sa chance, face à l’armada Toyota, ça, c’est sûr. Dans la catégorie moto, la tension déjà est forte entre Massimo Camurri et Ardit Kurtaj. En Quads, il y aura aussi des bisbilles dans les regards, entre Laisvydas Kancius et Rodolfo Guillioli.

David Castéra, Director of the Rallye du Maroc (Fra), Sébastien Loeb Sébastien (fra), Bahrain Raid Xtreme, Prodrive H Castéraunter, FIA W2RC, Nani Roma Nani (spa), M-Sport Ford World Rally Team, Ford Ranger, avec Tony Parker, during the Prologue of the Rallye du Maroc 2023, à Agadir. Photo Frédéric Le Floc’h / DPPI

Prologue : 19 kms.

Le motard Tosha Schareina # 68 remporte la pole position sur Honda. En auto, Mattias Ekstrom # 206 est le plus rapide avec son Audi. En T3, c’est Eryk Gocza et en T4, c’est Joa Ferreira de South Racing Can Am qui s’impose. L’équipage Al Attiya/Baumel Toyota GR DKR Hilux, termine à 38e place « Nous avons pris le départ et soudainement, nous avons eu un problème avec l’alternateur et perdu une bonne minute. Rien de grave, il reste encore beaucoup de kms à parcourir ». Matthias Ekstrom se félicite pour cette victoire « Nous avons fait une bonne course sur ce prologue, mais il y avait beaucoup de poussière, surtout en fin de parcours » Une chose est sûre, le ton est donné !

Nous voilà maintenant dans l’arène des gladiateurs !

ES1. Agadir/Zagora : 710 kms, dont 313 de spéciale.

C’est une grosse journée qui attendait les gladiateurs. Parti 38e, l’équipage Al Attiya/Baumel # 200 Hilux Overdrive remporte cette première spéciale avec 2mn 19, devant l’autre Overdrive # 201 Rajhi/Gottschalk. Aujourd’hui, l’ennemi de tous, était l’épaisse poussière qui drapait le sol et gênait tous les concurrents. Il était donc difficile de doubler sans prendre de risques, sauf pour l’Overdrive de Nasser Al Attiyah. La bagarre est lancée, entre Toyota et Audi. Carlos Sainz sur Audi RS, se place en quatrième position, à seulement 17 secondes du troisième. Déjà six Overdrive dans les dix premiers. Guillaume de Mévius et François Cazalet # 216 se positionnent à la dixième place du classement général. Même si le duo est venu sur le Rallye du Maroc pour se familiariser avec l’Overdrive T1, avant le Dakar, car la qualité sportive des deux hommes pourrait bien s’emparer de la médaille du travail en fin de saison, en allant chercher un podium, au Maroc ? En T3, le pilote Polonais Eryk Goczal, plus jeune pilote du Dakar du haut de ses 18 ans, se félicite d’avoir réalisé une bonne journée « C’est génial d’être de retour en course. Depuis le Dakar, je n’ai pas pu participer à d’autres courses, à cause de mes études. Aujourd’hui, c’est un bon résultat. L’année prochaine, mon objectif, c’est de participer à tout le championnat en T3 ». À moto, c’est Roos Branchi # 16 qui s’impose avec sa Hero 450, avec 01 mn 41 s d’avance sur Pablo Quintanilla #7 Honda CRF 450.

Qui sème le vent, récolte la tempête !

ES2. Zagora/Zagora une boucle de 390 kms, dont 296 de spéciale.

C’est une spéciale ou les cadors de la catégorie W2RC devraient s’illustrer, à moins que les débutants bien inspirés viennent contrecarrer les ambitions des premiers de la classe ! Ce matin, le soleil est au rendez-vous. À la file indienne, très vite l’ambiance s’échauffe, et la ferveur monte au fur et à mesure du top départ. Vainqueur au classement général FIA, au coup de clairon, le Toyota Hilux Overdrive #200 disparaît englouti par une poussière ocre, qui envahit le pare-brise, avec cette envie pressante de remporter un nouveau titre de Champion du Monde, en Rallye-Raid. Pour l’instant, seul contre tous, l’équipage Al Attiya/Baumel ne lâche rien. Ils savent que derrière Yazeed Al Rajhi #201 est sur leur talon pour prendre le dessus, à la moindre erreur. Mais aussi, l’Audi de Carlos Sainz, et le Prodrive Hunter de Sébastien Loeb. La navigation était aujourd’hui partagée entre un bon pilotage, une bonne navigation, et qu’il fallait avoir une maîtrise de tous les instants pour concilier ces deux axes : l’équilibre vertical et la vitesse horizontale. Côté moto, Pablo Quintanillia reconnaît que la nav était difficile « J’ai rattrapé le premier au km 40, ensuite, j’ai ouvert en grand sur le hors-piste, sans faire de faute, même si j’ai un peu jardiné dans les dunes, mais sans gravité ». Sébastien Loeb et Fabian Lurquin # 203 étaient dans un bon rythme, jusqu’au km 200. Mais peu de temps après, le pot d’échappement se brise et fait baisser la pression du Turbo, ce qui a entraîné une perte de puissance. Malgré tout, le duo reste au contact des premiers. En T 3, Eryk Goczal # 7 Honda 450 s’impose à nouveau. Dans la catégorie T4, Enrico Gaspari inscrit son empreinte avec son Polaris CST. L’équipage #216 Guillaume de Mévuis/François Cazalet entame alors, une remontée, passant de la troisième à la septième place, au classement général.

La cabane est tombée sur le chien !

ES3. Zagora/Zagora une étape de 441 kms, dont 333 de spéciale.

Le motard Tosha Schareina #68 sur Honda 450, a réalisé un bel exploit, puisqu’il récupère les 20 mn de perdues hier. Il s’empare de la 5e place au classement général, à 8’52 mn de Toby Price # 8, actuel leader avec sa KTM 450, dans la catégorie RallyGP. Depuis le début de la course, la bagarre ne cesse de faire rage. Chez les autos, Matthias Ekstrom #206 a fait parler la poudre avec son Audi sur cette étape. Le pilote suédois s’impose avec 6 mn d’avance sur l’Overdrive de Nasser Al Attiya # 200 et 14’’ sur Sébastien Loeb # 203. Nasser Al Attiya conserve la tête du classement général. Carlos Sainz, son Audi # 209 a connu des problèmes mécaniques. Coup de théâtre, le fait du jour est à donner deux équipages qui prétendaient à monter sur le podium. En T3, Mitchell Guthrie # 300, qui était 2e au classement ce matin et leader dans la catégorie W2RC a été contraint de sortir de la spéciale pour problèmes mécaniques. L’autre fait, est à mettre sur le compte de l’équipage polonais # 315 Michal Goczal/Szymon Gospdarczyk, qui d’ailleurs a signé le meilleur temps, écope 50 heures de pénalité pour avoir changé son moteur dans la nuit. Cette histoire nous rappelle une anecdote sur le Paris-Alger-Dakar. Mais cela ne nous regarde pas ! Stéphane Peterhansel Audi Sport « On profite du Rallye du Maroc pour tester les amortisseurs, notamment en y associant nos nouveaux pneus ». Une autre belle remontée à mettre sur l’actif de l’équipage # 216 Toyota Overdrive T1 de Guillaume de Mévius et François Cazalet qui remonte à la 5e place du classement général FIA. Derrière, Guerlain Chicherit et Mathieu Sérradori ne lâchent rien. À l’arrivée, Mattias Ekstrom dit « Demain, nous ouvrirons le bal ! Je suis impatient de relever le défi ». Il faut se souvenir de la phrase de René Metge sur le Paris-Dakar 81 « C’est seulement à la fin du bal qu’on paye les musiciens ! ». Alors, prudence.

La course à l’armement a fait des victimes !

ES4. Zagora/Merzouga. 421 kms, dont 343 de spéciale.

Le programme du jour était chargé. David Castera avait prévenu, « l’étape 4 sera difficile pour les hommes et les machines. Alors, si vous pouvez éviter de jouer les cascadeurs ! ».

Au menu, pistes ensablées et poussière blanchâtre à tous les étages, saignées, escaliers, marches, avec énormément de changement de cap, qui risquaient de chambouler le classement général. Aussitôt dit, aussitôt fait. Les premiers ennuis tombent sur la tête de Sébastien Loeb, Guerlin Chicherit, Nasser Al Attiya et de Carlos Sainz. Tous sont immobilisés un bon moment. Le premier à tomber dans la gueule du loup, c’est Guerlin Checherit, il se paye le luxe de faire un double salto pour essayer de toucher les étoiles. Au km 231 l’Audi de Sébastien Loeb sautait comme un cabri, et finit sa course sur un gros trou. Compte tenu du choc, le pilote est héliporté à l’hôpital le plus proche. Nasser Al Attiya, lui, est immobilisé durant une heure à cause d’un problème de transmission, à quelques kms de l’arrivée. Stopper dans les premières dunes, l’équipage change dare-dare l’arbre de transmission. Malgré tout, ce contretemps ne devrait pas les empêcher d’obtenir un nouveau titre de Champion du Monde, avant de quitter l’écurie Toyota. Non loin dans l’erg Chebbi, Carlos Sainz arrête son Audi pour des problèmes de surchauffe. Guillaume de Mévius et François Cazalet # 216 doivent faire face à trois crevaisons, ce qui oblige l’équipage à attendre une bonne heure pour être dépanné. C’est la loi de Murphy « Pourtant, il y avait une infime chance que cela arrive, et pourtant, c’est arrivé ». Décidément, à croire que tous les favoris se sont donné rendez-vous pour tailler une bavette ! en plein désert. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, c’est l’équipage # 208 Peterhansel/Edouard Boulanger qui réalise le meilleur temps « Neuf mois après mon accident, je suis revenu au Maroc pour retrouver mes automatismes et me rassurer sur ma condition physique, afin de préparer au mieux, le Dakar 2024 ». Au classement général, le Toyota Overdrive # 201 de Yazeed Al Rajhi, s’empare de la première place, suivit de l’Audi de Stéphane Peterhansel, ‘’Mister Dakar’’, à seulement 3mn, 49 s. Nasser et Matthieu se retrouvent en 9e position, à plus d’une heure du nouveau leader. Dans la catégorie RallyGP, Luciano Benavides #77 remporte sa première étape sur sa Husqvarna 450. Toby Price # 8 conserve sa place de leader avec sa KTM 450.

Marchand de sable, nous voilà !

ES5. Merzouga/Merzouga. 155 kms, dont 152 kms de spéciale.

Si l’étape d’hier a laissé des traces au classement général, ce matin, les rescapés avaient une envie folle de s’élancer dans la mer de sable. Les vieux briscards savent que dans les dunes, la ligne droite n’est pas toujours le moyen le plus rapide de lier un point à un autre. Une chose est sûre, les zones de sable plus sombres sont toujours plus porteuses, car, elles permettent de prendre plus d’élan jusqu’à la suivante. Tout le monde est prévenu. Alors, espérons que cette dernière donne lieu à une passe d’armes entre les favoris ? Une ultime spéciale ou les lames aiguisées devaient faire la différence.

Clap de fin. L’heure de gloire est arrivée.

Sans surprise, à moto W2RC, Toby Price # 8 remporte cette 24e édition avec sa KTM, pour la troisième fois. En FIA, Yazeed Al Rajhi # 201 remporte pour la première fois le Rallye du Maroc avec son Toyota Hilux Overdrive. De plus, il devient vice-Champion du Monde FIA. En T3, c’est Marek Goczal BBR, qui, s’impose. En T4, Joao Ferriera, chez les Open, Jérôme Cambier s’approprie la première place avec son MD Rallye. 2e de la catégorie moto, Luciano Benavides #77 (Husqvarna), est sacré Champion du Monde FIM 2023. Le duo Nasser Al Attiyah/Matthieu Baumel est sacré Champion du Monde FIA 2023 « Merci à David Castera et à l’organisation, c’est un Rallye extraordinaire ». Nani Roma « On a beau faire des essais, ce n’est jamais assez. En fait, rien ne remplace la pratique en condition réelle d’une course. Je pense que nous sommes prêts pour le prochain Dakar ».

Classement podium :

Auto FIA : # 201 Yazeed Al Rajhi/Timo Gottschalk. Toyota Hilux Overdrive

Moto RallyGP : # 8 Toby Price. KTM 450

T3 : # 316 Marek Goczal/Maciej Marton. Taurrius  

T4 : # 403 Joao Ferreira/Flipe Palmeiro. Can Am Maverick

Open : Jérôme Cambier. MD Rallye

T 5 Camion : # 506 Michiel Becx/ Wuf Van Ginkel/Edwin Van Kuiljpers. Iveco. Team De Rooy.

Photos : DPPI & RDM

Derniers articles

Classic Merzouga 1000. Cross Country Chrono.

Philippe Rey, ancien copilote FISA/FIA/FIM/FFSA, lance la première édition du ‘’ Merzouga 1000 Classic ’’ Un Rallye auto, moto, camion, sur un tracé de 1 200 km de spéciales, à réaliser en quatre étapes. L’organisateur est bien connu de cette discipline, puisqu’il…

1950. Rallye Méditerranée – Le Cap

Tout le monde pensait que la première course en Rallye-Raid datait de 1975, or il n’en n’est rien. Ce n’est donc pas l’Abidjan Nice de Jean-Claude Bertrand, ni le Paris-Alger-Dakar de Thierry Sabine qui ont eu l’idée d’organiser un Rallye en Afrique.…

Le doyen du Dakar fait de la résistance !

Trois cent quarante partants pour cette 46e édition, longue de 8 000 kms, dont 4 700 de spéciale. Après les vérifications techniques et administratives, les Français # 244 Buggy MD Optimus de Jean-Pierre Strugo et de Christophe Crespo, étaient autorisés à prendre…

Qu’est-ce qui fait courir les filles ?

WONDER RALLYE 2024 Initié par Aurélia Roquesalane en 2019, la troisième édition Wonder Rallye aura lieu du 2 au juin 2024. Messieurs, qui n’a pas à ses côtés une Wonder Lady ? une épouse ou une conjointe qui court du matin au soir…

24 Heures Tout Terrain du Portugal

25e édition. Vila Fronteira. 1, 2 et 3 décembre 2023. Cette date anniversaire ne ressemblait à aucune des autres éditions. En cette fin d’année 2023, l’association Automovel Club du Portugal a réussi à faire venir un nombre important d’équipages français pour relever…

À voir aussi

Envie d’évasions au mois d’avril ?

Du 23 au 30 avril, le Raid 4×4 SDO est

Classic Merzouga 1000. Cross Country Chrono.

Philippe Rey, ancien copilote FISA/FIA/FIM/FFSA, lance la première édition du

Deux tours du Monde en Porsche 928 GT

Puisqu’il faut vivre sa propre légende, alors, comme le Père

1950. Rallye Méditerranée – Le Cap

Tout le monde pensait que la première course en Rallye-Raid

Rallye Raid Paris-Moscou-Pékin 1992

Paris-Dakar. Ils ont bravé les barrages !

Le septième déjeuner annuel des anciens pilotes et copilotes du

Qu’est-ce qui fait courir les filles ?

WONDER RALLYE 2024 Initié par Aurélia Roquesalane en 2019, la

Méhari, quand tu nous tiens !

1e Raid Méhari 2 CV Of Morocco. Du 4 novembre

Le Cap-Alger 1985. Une expédition, hors du commun.

C’est une aventure qui commence par hasard. Nicolas Hulot croise

1e Dakar Légend

Dans le cadre d’Octobre Rose pour aider la recherche du

Pierre Lartigue

Né à Mostaganem en Algérie. Le jeune Pierrot commence dès